Facebook, Insights, Réseaux Sociaux

Les Opportunités de l’Open Graph de Facebook

15 février 2012

Avec un internaute sur deux inscrit sur Facebook, soit près de 25 millions de français, 5 heures passées par jour en moyenne et un taux de pénétration de 36,5% de la population française, Facebook est le leader des réseaux sociaux en France. Il représente 38% des partages de liens qui se font sur le web et produit 56% de tous les contenus partagés. Avec la dernière mise à jour de son Open Graph et le lancement de nouvelles fonctionnalités, Facebook apparaît de plus en plus comme un eldorado au potentiel viral et social encore inégalé pour les annonceurs.

Evolution de l’éco-système de Facebook

Le Graphe social – 2007

En 2007, Mark Zuckerber introduit la notion du graphe social. Il représente les connections que nous entretenons avec nos connaissances sur le réseau social. Par exemple, je suis amie sur Facebook avec Andrei, je suis amie avec William, et ils sont également amis entre eux. En 2008, le Facebook Connect est lancé : il permet aux membres Facebook de se connecter depuis n’importe quel site web qui intègre cette nouvelle fonctionnalité à leur profil. Le graphe social qui était jusqu’à lors confiné à l’intérieur de Facebook, se voit enrichir de nouvelles données en provenance de sites externes et représente l’ensemble des connections que nous entretenons et des objets (marques, lieux, évènements etc…) pour lesquels nous avons déclaré un intérêt.

L’API Open Graph – 2010

En avril 2010, Facebook lance son API, l’Open Graph. Il succède au graphe social en liant des objets aux utilisateurs par des actions que ces derniers entreprennent. L’Open Graph est le principe actif de Facebook, c’est grâce à ce protocole que Facebook peut tagguer tout le web et intégrer n’importe quel contenu à son graphe social : un site web devient un objet du graphe au même titre qu’une fanpage. Ce qui permet aux annonceurs de profiter de l’immense audience du réseau social (800 millions d’inscrits à travers le monde). En plus de son API, Facebook met à disposition des internautes des plugins sociaux ( les boutons «j’aime», «je recommande», les module de commentaires, la like box, la facepile etc …), et entre dans l’ère de la socialisation des objets.

L’open Graph 2.0 – 2011

En septembre dernier, lors des conférences du F8, Mark Zuckerberg annonce que l’Open Graph évolue et devient l’Open Graph 2.0 ou l’Open Graph Custom. Avec cette nouvelle version de l’Open Graph, les profils Facebook deviennent de véritables fiches d’identité virtuelle et la personnalisation des actions entre objets et utilisateurs est encore plus accentuée. Les interactions se font en temps réel : la musique que vous écoutez, l’article que vous lisez, la vidéo que vous regardez s’affichent sur les tickers et les fils d’actualité de vos amis et viennent compléter intelligemment les centres d’intérêts dans vos nouveaux profils.

Les plugins sociaux de Facebook 

On vient de voir que grâce à l’Open Graph, Facebook permet à n’importe quel contenu présent sur le web de devenir un objet de l’Open Graph et donc d’être intégré aux graphes sociaux des membres Facebook.  Les plugins sociaux représentent la partie émergée du protocole : ce sont des applications qui une fois intégrées à un site web tiers, créent le lien entre les objets et les utilisateurs. Le bouton « j’aime » Probablement le plus célèbre des plugins sociaux de Facebook, il est en passe d’être dépassé par les nouveux boutons d’actions lancés en septembre dernier.

 

Le bouton J'aime de Facebook

Avec le bouton «J’aime», les membres Facebook peuvent montrer à tout le monde qu’ils aiment un contenu. A la fois, depuis Facebook : ce sont les pages fan, mais également, grâce aux plugins sociaux, tout type de contenu diffusé sur le web. Côté annonceurs, les bénéfices sont multiples. D’une part, le bouton « J’aime » permet de partager rapidement et efficacement un objet sur Facebook, ce qui va facilite le processus de recommandation à des amis. D’autre part, les annonceurs ne font plus eux-même la promotion de leurs produits, ce sont les internautes qui s’en chargent : les utilisateurs Facebook deviennent des ambassadeurs. Il faut savoir qu’un contenu recommandé par un utilisateur va générer 20 visites de la part des amis et qu’une bouton « j’aime » augmente les visites en provenance de Facebook de 50 à 300%. Le bouton « J’aime » permet donc de générer un trafic qualifié et intéressé à moindres coûts.

La Like box et la Face Pile

Une fois affichée sur un site, la Like box permet aux internautes de ”Liker” la page Facebook d’une marque directement à partir d’un site tiers et ainsi de la recommander à leurs amis facebook puisque cette action sera retranscrite à la fois dans leur fil d’actualité et dans leur ticker. Outre le fait d’apporter une bonne visibilité à une communauté Facebook directement sur le site, le Like Box incite les internautes à la rejoindre. La Face Pile – un plugin social qui affiche la photo et le nom des amis Facebook d’un utilisateur qui ont déjà aimé le site web – transforme les amis Facebook des internautes en ambassadeurs.

Le Facebook Connect

Avec le module du Facebook Connect, les internautes ont la possibilité de se connecter à leur profil Facebook depuis n’importe quel site qui a installé le plugin. Le Facebook Connect est réellement avatangeux pour les éditeurs de site web qui voient grâce au système du Facebook registration leur taux d’inscription augmenter. En facilitant la saisie des informations de l’internaute et sa connexion au site, le processus d’inscription est sensiblement simplifié. Ce qui, dans le cas des e-commerçants, peut aider à la conversion : on constate un fort taux d’abandon du panier entre le moment où l’internaute choisit un produit en ligne et le moment où il doit s’inscrire au site pour valider son panier et procéder au paiement. Avec le Facebook Connect, l’inscription ne prend que quelques secondes. D’autre part, en utilisant le Facebook Connect, les éditeurs de site web offrent aux internautes une expérience digitale unique et personnalisée, plaçant l’internaute au centre.

Le module de commentaires

Il y a un an, Facebook sortait la v2 de son plugin de commentaires : le module a été redesignée, la compatibilité avec les terminaux mobiles a été améliorée et une plateforme de modération dédiée au plugin a été lancée. Intégrable sur tous les sites web, il permet aux internautes de commenter directement sur un site sans passer par la case inscription. Comme pour le Facebook Connect, le processus est simplifié, ce qui augmente le taux de participation des internautes. En outre, les commentaires sont ensuite publiés dans la Timeline des membres Facebook qui commentent, et ils apparaissent sur les fils d’actualités et les tickers de leurs amis. Le module de commentaires de Facebook viralisent les commentaires et permet de générer un trafic qualifié en provenance du réseau social.

Des nouveaux boutons d’action

Avec le déploiement pour tout le monde de Timeline, Facebook lance une nouvelle fonctionnalité très intéressante pour les annonceurs : les nouveaux verbes d’action. Maintenant, les annonceurs décident eux-même des verbes d’action qu’ils veulent voir lier à leurs objets. Il suffit qu’ils éditent leur propre application Facebook. C’est le cas du journal britannique The Guardian.

Lorsqu’on lit un article via leur application Facebook, un message s’affiche dans le newsfeed de nos amis, leur ticker et dans notre activité récente avec le nouveau verbe d’action « read ».

The Guardian Timeline

Et comment passer à côté du partenariat établi entre Spotify et Facebook depuis septembre dernier, qui a marqué le lancement du nouveau verbe d’action « écouter ». On sait en temps réel ce que nos amis écoutent et il nous suffit du cliquer sur le bouton « play » dans notre ticker pour écouter la même musique. Spotify a d’ailleurs gagné 4 millions d’utilisateurs en 1 mois et demi, avec 1,5 milliard de titres partagés via le Ticker. Du coup, on imagine assez bien le potentiel viral qui résulte d’un tel concept, et de ce qu’a peut générer en terme de trafic et de retombées financières.

Le cas cinémur  

Cinémur a également intégré cette nouvelle fonctionnalité et a exploité au maximum les possibilités inédites offertes par les nouveaux profils de Facebook en lançant son application. En temps réel, vos amis peuvent voir ce que vous faîtes sur l’application Cinémur : quelles bandes-annonces vous regardez, quels films vous avez aimé ou non, quels films vous aimeriez aller voir ou non …

Votre activité Cinémur est alors automatiquement publiée dans le ticker, le fil d’actualités de vos amis, ainsi que dans votre journal où un encart dédié à l’application Cinémur prend place sur votre Timeline. Cinémur a ingénieusement mis en place les verbes d’action « wants to see », « does not love », « love » etc …

Cinémur Activité Récente Facebook

90% des sites français ont installé des plugins sociaux. Qu’il s’agissent de générer du trafic sur un site, facilier le partage de contenus et de leur recommendation, recrutrer de nouveaux membres au sein de communautés facebook, qualifier une base de données … les objectifs marketing auxquels les plugins sociaux répondent sont multiples.

Les opportunités de l’Open Graph

Pour les annonceurs, l’Open Graph et ses dernières mises à jour représentent une véritable mine d’or. D’une part, les annonceurs vont pouvoir collecter toujours plus d’informations sur les habitudes de consommation des membres facebook, et donc encore mieux cibler les contenus et les publicités qui leur soumettent. D’autre part, le système de recommandation s’étoffe. Prenons l’exemple TripAdivsor, qui a déjà sorti plusieurs applications Facebook, et qui a intégré le Facebook Connect sur son site. Lorsque l’on se connecte avec nos profils facebook, TripAdivsor nous dit où sont allés nos amis, quelles villes ou pays ils ont préféré, quels endroits ils recommandent de visiter … Quand on sait qu’un des premiers critères de sélection d’un voyage est la recommandation des amis, l’Open Graph est un formidable outil pour faciliter la conversion. Ensuite, avec le déploiement du nouveau Facebook, les annonceurs sont encore plus visibles: ils apparaissent dans le ticker, le fil d’actualité, la Timeline, les résultats de recherche … Finalement, avec le nouvel Open Graph, les annonceurs ont la possibilité de placer l’utilisateur au coeur d’une nouvelle expérience digitale, entièrement personnalisée avec les informations détenues par Facebook sur les internautes.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Les Opportunités de l’Open Graph d... 4 novembre 2013 at 12 h 16 min

    […] Avec un internaute sur deux inscrit sur Facebook, soit près de 25 millions de français, 5 heures passées par jour en moyenne et un taux de pénétration de 36,5% de la population française, Facebook est le leader des réseaux sociaux en France.  […]

  • Leave a Reply