9 conseils pour mieux consommer la mode

Acheter un vêtement n’est pas un acte anodin. Chaque euro que nous dépensons compte, alors utilisons ce pouvoir pour faire une différence !

Dans un précédent article, je vous expliquais les dangers de la fast fashion et les raisons pour lesquelles je ne faisais plus mon shopping chez H&M, Zara, Mango et compagnie. Une fois qu’on a ouvert les yeux sur ce problème et ses multiples conséquences, on réalise que c’est important de revoir notre façon de consommer la mode.

Vous en êtes peut-être à cette étape. Vous vous demandez comment faire du shopping sans mettre en danger la vie des travailleurs qui fabriquent vos vêtements, l’environnement, les animaux et votre santé.

Ça fait beaucoup d’informations auxquelles réfléchir. Je comprends que ça puisse décourager certaines personnes qui ne savent pas par où commencer ou qui se disent qu’elles sont toutes petites par rapport au problème.

J’espère pouvoir vous aider à passer à la prochaine étape avec ces quelques conseils pour mieux consommer la mode.

9 conseils pour mieux consommer la mode

1. Soutenir les marques de mode éthique

Avant d’acheter un vêtement, il est important de se renseigner sur les valeurs de la marque et son processus de production. C’est important de savoir quel type d’entreprises on encourage avec son argent.

Oui mais, comment on détermine si une marque est “éthique” et “responsable” ? Difficile de répondre simplement, ça dépend de vos conditions et valeurs personnelles. De mon point de vue, une marque éthique doit respecter quatre critères principaux :

  1. L’environnement ;
  2. Les droits et bien-être des travailleurs ;
  3. Les droits et bien-être des animaux ;
  4. Ma santé.

Pour y voir un peu plus clair et faire un choix éclairé, je me renseigne sur l’entreprise :

  • Est-ce qu’elle se soucie de l’environnement dans son processus de fabrication (consommation d’énergie et d’eau, transport des produits)
  • Est-ce qu’elle utilise des matières biologiques, naturelles, recyclées ?
  • Est-ce qu’elle utilise des composants toxiques pour fabriquer les vêtements et est-ce qu’elle les déverse dans la nature ?
  • Est-ce qu’elle s’engage pour les droits des travailleurs (salaires, congés payés, conditions de travail, emploi de mineurs…) ?
  • Est-ce qu’elle s’engage pour le bien-être animal ?
  • Est-ce qu’elle démontre une volonté de transparence et publie des bilans ?
  • Est-ce qu’elle est contrôlée sur ces différents critères par des organismes indépendants ?

Les marques de mode éthique, c’est bien mais ça a un coût et ça veut aussi dire produire de nouveaux vêtements alors qu’il y en a déjà tellement en circulation.

♻️ Saviez-vous que 5,8 millions de tissus sont jetés en Europe chaque année et seulement 25% sont recyclés ? Le reste est enterré ou incinéré.

2. Acheter d’occasion

Une alternative aux marques éthiques pas toujours très tendres avec le portemonnaie consiste à acheter d’occasion. Vinted, LeBonCoin, Facebook, friperies, vide-dressing et vide-greniers… les solutions pour faire des emplettes de seconde main ne manquent pas.

On peut même acheter (de temps en temps) des produits de marques pas « gé-gé » sans soutenir réellement leurs pratiques puisqu’elles ne verront jamais la couleur de notre argent.

L’achat d’occasion permet ainsi de prolonger la durée de vie des vêtements qui auraient probablement fini dans une décharge autrement.

3. Lire les étiquettes

Ce n’est pas parce que c’est un achat d’occasion que c’est nécessairement un choix écologique. De manière générale, il faut être attentif sur la composition des vêtements et préférer les fibres naturelles et écologiques comme le coton, le lin, la soie, la laine, le cachemire, le chanvre et le jute.

Des matières synthétiques comme le polyester, le nylon et le non-tissé contribuent à la plastification des océans lorsqu’ils passent au lave-linge. Des microparticules se détachent des tissus et sont trop petites pour être traitées et finissent par se jeter directement dans l’océan. Et plus les tissus sont vieux, plus des microparticules polluantes sont libérées.

L’idéal est de choisir des pièces de bonne qualité en fibres naturelles qui tiendront sur la durée.

4. Made in France / Europe

Avant de faire un achat, on vérifie également le pays de production du vêtement pour soutenir le made in France (ou Italy, Germany, UK, Spain…). Cela permet d’encourager les initiatives locales et limiter l’empreinte carbone du transport des produits. C’est aussi un bon moyen de faire circuler l’argent autour de chez soi plutôt que de nourrir le monstre de la fast fashion.

5. Se poser les bonnes questions

Il ne sert à rien d’acheter un article qui tombe en lambeaux après 3 lavages ou que je ne veux plus porter après deux utilisations. Mes critères d’achat d’occasion sont généralement les suivants :

  • Ce vêtement est-il de bonne qualité ?
  • Vais-je le porter ?
  • Est-ce qu’il s’associe facilement avec les autres pièces de ma garde-robe ?
  • Est-ce qu’il me plaît vraiment ?

6. Faire moins de machines

Pour réduire la pollution des composants toxiques et prendre soin de ses vêtements, on peut aussi les laver le moins souvent possible (à basse température) et les nettoyer à la main.

7. Utiliser un sac lavable pour les vêtements synthétiques

C’est à l’ONG Stop! Micro Waste que l’on doit la création du sac Guppyfriend la première solution pratique pour retenir les microparticules nocives des vêtements pendant le lavage. Si vous avez des vêtements en fibres synthétiques, c’est un bon moyen de réduire la pollution plastique et de prévenir la dégradation des tissus.

8. Recycler les vêtements en fin de vie

Avant de jeter ses vêtements en fin de vie (troués, tâchés, déformés) à la poubelle, réfléchissons aux nouveaux usages que nous pourrions en faire. Pas besoin d’être un ou une pro de la machine à coudre pour leur donner une seconde vie : chiffons, cotons réutilisables, sacs à vrac, housses de coussin…

9. Moins consommer

On dit que la meilleure façon de consommer pour la planète, c’est encore de ne pas le faire.

Bien que la mode éthique et l’achat d’occasion soient de meilleures alternatives aux marques de fast fashion, il y a encore un problème avec notre surconsommation de la mode.

Nous achetons trop de vêtements et nous retrouvons finalement à ne porter que 10% de notre garde-robe. La société a évolué. Quand on considérait les vêtements comme des biens précieux dont il fallait prendre soin il y a quelques décennies, aujourd’hui on nous encourage à jeter et acheter toujours plus. Mais cette frénésie d’achat n’a pas de fin.

C’est à chacun de changer sa façon de consommer la mode. Je considère qu’une garde-robe responsable signifie acheter moins et investir ou chiner des pièces de bonne qualité, à mon goût et dont je prends soin.

Et vous, vous voyez ça comment la mode éthique ? Quels sont vos conseils pour faire du shopping de façon responsable ?

Mini-guide pour faire du shopping de façon responsable et se créer une une garde-robe éthique.

Auteure : Julie Mirande

Bonjour, je suis créatrice de contenu digital et convaincue que le numérique peut servir le bien commun et contribuer à changer le monde.Ici, je distille des ondes positives et bienveillantes pour apprendre à préserver la planète, construire un monde meilleur à son échelle et vivre en harmonie avec soi-même.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *